RGPD santé : les obligations des professionnels de santé décryptées

RGPD santé les obligations des professionnels de santé décryptées
Sommaire

Dans le domaine de la santé, la protection des données est essentielle pour garantir la confidentialité des patients. Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) impose des obligations aux professionnels de santé afin de sécuriser les informations personnelles. Découvrez dans cet article les principales obligations décryptées pour assurer une pratique médicale conforme à la législation.

 

Les données santé : qu’est-ce que c’est exactement ?

Les données santé jouent un rôle crucial dans le domaine médical, permettant aux médecins et aux professionnels de la médecine d’accéder à des informations précieuses sur leurs patients. Ces données, telles que les antécédents médicaux, les résultats d’examens et les traitements précédents, fournissent un contexte essentiel pour établir des diagnostics précis et recommander les meilleurs plans de traitement.

Grâce aux avancées technologiques, la collecte et l’analyse de ces données ont considérablement évolué, offrant aux médecins la possibilité de mieux comprendre les différentes tendances et schémas de santé. Cela leur permet d’identifier plus rapidement les facteurs de risque, de prévenir les maladies et de prendre des décisions éclairées pour améliorer la santé et la qualité de vie de leurs patients.

Cependant, il est important de souligner que la protection de la confidentialité et de la sécurité des données santé reste une priorité absolue. Les médecins et les institutions médicales doivent mettre en place des mesures strictes pour garantir la confidentialité et l’intégrité de ces données, afin de préserver la confiance des patients et de fournir des soins de haute qualité.

 

Que doit faire le professionnel de santé pour être dans les règles ?

Généralement, il est interdit de traiter les données de santé selon le RGPD. Toutefois, cela devient légal dès lors que le professionnel de santé a obtenu le consentement du patient. Pour cela, il doit être univoque et libre. Il existe aussi des exceptions prévues par le règlement, légalisant le traitement des données sans consentement. C’est notamment le cas pour la médecine du travail, ainsi que pour préserver les intérêts vitaux du patient ou de la santé publique.

De plus, il est indispensable que le médecin respecte d’autres obligations pour être en conformité avec le RGPD, comme par exemple :

  • Choisir un délégué à protection des données (DPO), afin de s’assurer du respect des RGPD au sein de l’entreprise;

  • Tenir un registre des traitements, contenant les informations sur le DPO et les personnes concernées, ainsi que les objectifs du traitement mais aussi les délais de conservation de ces données santé;

  • Analyser les impacts du traitement des données, en détaillant les opérations de traitement, les mesures mises en place pour la protection des données ainsi que l’intérêt de ce traitement pour les personnes concernées.

Par ailleurs, le professionnel de santé se doit également :

  • De gérer le stockage et la Sécurité des Données: Les professionnels de la santé doivent veiller à stocker les données de santé de manière sécurisée, en utilisant des mesures de protection adéquates telles que le chiffrement des données, l’accès restreint aux informations médicales, et des pare-feu robustes pour éviter les violations de sécurité.

  • De communiquer en transparence: Les professionnels de la santé ont également l’obligation de communiquer de manière transparente avec les patients concernant la collecte et l’utilisation de leurs données de santé. Les patients doivent être informés de la manière dont leurs données seront utilisées et avoir la possibilité de donner leur consentement éclairé.

 

Quels sont les risques encourus par le médecin en cas de non-respect du RGPD ?

En plus de ternir sa réputation et de perdre la confiance des patients, un professionnel de santé qui ne respecte pas les règles du RGPD (Règlement général sur la protection des données) s’expose à des sanctions administratives et pénales.

En cas de non-respect du RGPD, la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) peut imposer des sanctions proportionnelles à la gravité de la violation. Ces amendes peuvent être considérables, atteignant jusqu’à 10 millions d’euros ou 2% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

De plus, des sanctions pénales peuvent également être appliquées, avec une amende pouvant atteindre 300 000 euros et une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 5 ans.

Il est donc crucial pour les praticiens de la santé de respecter les directives du RGPD afin de préserver la confidentialité des données de leurs patients et d’éviter de telles conséquences.

 

Conclusion

En conclusion, la mise en place du RGPD constitue une étape clé dans la protection des données de santé des patients. Les professionnels de santé doivent maîtriser et respecter leurs obligations afin d’assurer la confidentialité et la sécurité des informations sensibles. Soyez donc vigilants et informés pour garantir la conformité dans votre pratique médicale.

Partager sur les réseaux sociaux

Shirley SEYWERT

Fondatrice de Doctoweb
Groupe Yoozeo

Téléphone

06 95 89 30 80

Email

shirley@yoozeo.fr

Suivez-nous

A propos de Doctoweb

Communication Digitale sur mesure pour les professionnels de la santé.
Nous vous proposons une vision 360° avec un ensemble de solutions digitales :

– Création & refonte de sites internet médicaux
– Référencement naturel spécialisé dans le secteur médical
– Identité visuelle médicale et supports de communication

Nos derniers articles

Suivez-nous